Olivier Laisney

Né en 1982, Olivier Laisney commence l’étude de la trompette classique dès l’âge de 10 ans à l’Ecole Municipale de Coutances avec Yvon Welman. A 17 ans, il découvre le Jazz, et suit des cours avec le tromboniste Thierry Lhivers, professeur au conservatoire de Caen.

Après avoir obtenu son bac, il décide d’approfondir ses connaissances en intégrant l’école ARPEJ à Paris où il suivra l’enseignement du guitariste Gilles Grignon et du saxophoniste Michel Goldberg. En parallèle, il étudiera au conservatoire du 9eme arrondissement (Nadia et Lili Boulanger) avec Tony Russo (Paris Jazz big band…).

En 2001, il intègre l’Ecole Nationale de Musique de Noisiel en banlieue parisienne. Il étudiera avec le trompettiste Sylvain Gontard, le guitariste Frederic Favarel ainsi que le tromboniste Guy Figlianlos.

Après avoir obtenu son diplôme d’études musicales, il intègre la classe de Jazz du Conservatoire National Superieur de Musique de Paris. Il y suivra l’enseignement de musiciens tels que Riccardo Del Fra, Hérvé Sellin, Dre Paelmerts, François Theberge, Glenn Ferris ,et participera à de nombreuses master class avec des musiciens tels que Tim Bern, Drew Gress, Marc Copland, Marc Ducret, Aka moon…

Il obtient le diplôme de fin d’études supérieures du conservatoire de Paris (Classe de Jazz et musiques improvisées) en 2010.

Il participe à la création de la pièce "Didon et Enée, le crocodile trompeur" qui obtient le molière du théâtre musical en 2014.

Oivier Laisney est très actif sur la scène Jazz française. . Il se produit aux côtés de Stephane Payen, Fabricio Cassol, Magic Malik, Alban Darche, Kyrie Kristmanson, Laurent Cugny...


Slugged "Phonotype"

Slugged "Phonotype"

Olivier Laisney est un jeune trompettiste que l’on commence à voir dans certains nouveaux groupes de la scène parisienne à l’instar de ce « Dress Code » dont nous nous étions récemment fait l’écho. Laisney est un jeune trompettiste qui a des choses à dire et qui le montre ici dans cet album sous son nom où la musique qu’il propose est un bel hommage au maître Steve Coleman. Autant dire qu’il faut vous préparer à entrer dans une musique complexe où les atonalités côtoient les rythmes impairs comme une sorte de conception quasi mathématique de la musique. Cela joue alors à fleuret moucheté avec une certaine élégance mais sans toutefois complètement éviter les clichés de l’écriture Colemanienne. L’instrumentum est convaincant et les nappes de Stephan Caracci au vibraphone donnent à cette musique un certain charme envoûtant. Olivier Laisney qui n’a certainement pas la partie facile y fait montre d’une très grande maîtrise technique. Adrien Sanchez et Denis Guivarc’h invité sur deux titres portent haut cette musique kaléidoscopique qui relève d’un processus complexe. Cela peut sembler hermétique, mais ces jeunes-là , même avec leur académisme, parviennent néanmoins à nous embarquer. Il n’y a plus qu’à se laisser faire et entrer avec eux dans un labyrinthe totalement fascinant. Jean-Marc Gelin

Buy online
Olivier laisney Olivier laisney myspace